Depuis sa création en 1912, l’Amicale Sportive de Tarare (devenue Sporting Club de Tarare probablement en 1916) a connu de nombreuses saisons et des équipes au bonheur divers. Cette page ne va bien entendu pas toutes les répertorier mais plutôt mettre en avance les évolutions du club à travers les équipes qui ont marqué leur temps.

Pour une étude plus approfondie de l’histoire du S.C.T, vous pouvez vous reporter au livre sorti à l’occasion des 80 ans du club, la majeure partie des informations qui suivent sont issues de cet ouvrage.

En 1912, la toute première équipe tararienne emmenée par Francisque Thevenon réussit à la fois d’être championne du Lyonnais 4ème série, détentrice du Challenge du Lyonnais et à attirer le public aux abords de la pelouse du terrain de la Providence. Il est à noter que cette même équipe joua une demi-finale du championnat de Françe troisième série la saison suivante, elle s’inclina sur le score de 6 à 3 en faveur de la générale de Paris.

 

Alors que sportivement le S.C.T était né, il restait à fixer les statuts de la nouvelle société. Ce fut chose faite le 26 janvier 1916 après accord de la sous-préfecture de Villefranche.11 ans après leur première défaite 6-3 en demi-finale du championnat de France troisième série, l\’histoire se répète pour les rygbymen tarariens qui perdent une nouvelle fois en demi-finale, toujours sur le score de 6 à 3 contre Prades. Cette équipe de 1923-1924 (Photo) comptait en son rang un des meilleurs joueurs que le club ait connu : Gilbert Latta. Elle fut par ailleurs championne du Lyonnais troisième série cette même année.

 

La saison 1925-1926 marque des changements importants dans l’histoire du S.C.T. Celui-ci était alors composé de rugbymen mais aussi de footballeurs qui appartenaient tous au même club. Suite apparemment à des problèmes financiers, les deux sports seront séparés et le football créera sa propre société : le Football Club de Tarare. Les rugbymen quant à eux durent, sur la demande de la ville de Tarare (en vue de la construction de la cité jardin), changer de terrain pour celui situé à l’entrée de la ville, au lieu dit “le Chalet”. Aujourd’hui ce terrain n’existe plus, il a été remplacé par la zone industrielle de la Turdine. Après avoir été champion du Lyonnais 4ème série en 1912 et 3ème série en 1924, les tarariens obtiennent de nouveau le titre cette fois en 2ème série en battant Villefranche 9 à 0 en 1928. Alors que l’arrivée de joueurs extérieurs vient obscurcir l’ambiance régnant au sein de l\’équipe de 1931-1932, Narcisse Braquemont parvient à force de travail et de dévotion (il est à la fois président, secrétaire, trésorier et joueur) à restructurer un groupe local compétitif. Il quitte la présidence du club en 1938 suite à des obligations professionnelles, M. Braquemont était professeur d’école primaire supérieure.

En 1933 les damiers quittent le terrain du Chalet (actuelle “ZI de la Tudine”) pour le stade municipal sur lequel ils évoluent encore aujourd’hui. Les saisons 1937-1938 et 1938-1939 (Photo) sont riches pour le S.C.T, il obtient successivement le titre de champion du Lyonnais 3ème série (en 1938) et 2ème série (en 1939). De plus les tarariens disputent en 1939 une finale du championnat de France qu’ils perdent face à Castelsarrazin sur le score de 18 à 6.

 

Durant la seconde guerre mondiale le S.C.T ne jouera évidemment que peu de matchs, mais dés 1945 les damiers reprennent le championnat de France (qui s’appelle alors coupe Bochard en raison de la guerre) qu’ils termineront en finale perdue face à Trebes sur le score de 15 à 00.En 1948 les tarariens obtiennent le titre de champion du Lyonnais Promotion en s\’imposant contre Saint-Claude. L’année suivante,1949 , (Photo) les damiers jouent en division “Excellence” (actuelle deuxième division) et perdent en quart de finale du championnat de France 9 à 6 en faveur du R.C. Chalon.

L’équipe de 1952-1953 évolue dans une poule de très bonne qualité et jouera même contre le stade auto Lyonnais, alors champion de France en titre, face auquel elle s’incline 0 à 3 après un match très disputé. Les juniors tarariens sont, en 1960-1961, finalistes malheureux de la coupe Bavozet (Niveau régional), ils perdent contre la Perrolière après avoir effectué une saison remarquable.

 

La saison 1962-1963 est synonyme pour les séniors tarariens de descente en honneur. En effet, les damiers ne gagnèrent aucun match de championnat et ne purent éviter la relégation en catégorie inférieure. L’équipe fanion qui s’est fixée pour objectif une remontée immédiate en troisième division devra pourtant attendre seize ans avant de pouvoir y rejouer. Le groupe sénior, qui a pendant longtemps été composé de joueurs méridionaux n’ayant aucune affinité avec les rugbymen locaux, se structure autour d’un effectif au bon esprit. Les saisons se succèdent plus ou moins bonnes, les matchs perdus de montée en catégorie supérieure aussi (1967, 1972, 1974, 1975). L’équipe junior de 1976-1977 (Photo) réussit une saison tout à fait remarquable en remportant la coupe Bavozet face à Rhodia, et en jouant la finale du championnat du Lyonnais qu’ils perdent contre la Verpillère sur le score de 3 à 3. Il est à noter que trois jeunes tarariens sont sélectionnés dans l’équipe Taddèi du Lyonnais, il s’agit de Lecoq, Marcon et Morel. Ils joueront la finale du championnat du France Taddèi à Toulouse.

 

C’est finalement l’équipe sénior de 1979-1980 (Photo) qui réalise l\’exploit en battant Clermont-la-Plaine 11 à 00. Ainsi les tarariens retrouvent la troisième division, ils sont de plus champions du Lyonnais cette saison là.

 

Malgré toute la difficulté que les damiers ont eu à remonter en catégorie supérieure, ils n’y restent qu’une saison. En effet, bien que courageux, ils s’inclinent dans une poule au niveau de qualité certaine. Le S.C. Tarare rejoue alors un scénario qu’il connait malheureusement trop bien : De bonnes saisons et de nombreuses possibilités de montée non concrétisées, ce fut le cas en 1982, 1984, 1985 et 1986. Cette dernière est marquée par la victoire en coupe de Françe face à Vichy 16 – 13, club qui au terme de la saison va accéder en première division. L’année suivante en 1986-1987 (Photo), l’effectif tararien retrouve la troisième division en battant Iseaux avec une équipe qui fut sans doute la meilleure que le S.C.T ait connu. Les damiers sont une nouvelle fois champions du Lyonnais.

 

Les saisons se poursuivent, bonnes dans l’ensemble. Les damiers jouent même plusieurs fois la montée en deuxième division. Toutefois, 1992 est synonyme de relégation en championnat honneur, catégorie dans laquelle le S.C.T évolue aujourd’hui encore.